Sneak Peek 11: Mathilde Fontanet

Quand la traduction devient une ressource pour renforcer l’identité linguistique

Mathilde Fontanet

Université de Genève, Suisse

mathilde.fontanet@unige.ch

Résumé : Dans le cadre d’un projet mené dans une école de Suisse romande par des enseignants et des psychologues, avec l’aide d’interprètes, afin de contribuer à la bonne intégration de jeunes migrants de 9 à 14 ans, la traduction sert à renforcer l’identité linguistique et à valoriser la langue maternelle.

Au sein de classes d’accueil, de jeunes allophones sont amenés à traduire dans leurs langues maternelles respectives une histoire écrite en français. Ils la présentent ensuite oralement à leurs camarades de la classe d’accueil, puis à des enfants plus jeunes d’autres classes de l’établissement scolaire.

La présentation de ce projet sera l’occasion de revenir sur la question du rapport de forces entre les langues dans la perspective du traducteur, sur le phénomène d’insécurité linguistique et sur la portée identitaire de la langue dans le cadre de la traduction.

Biobibliographie : Maître d’enseignement et de recherche à la Faculté de traduction et d’interprétation de l’Université de Genève, Mathilde Fontanet a également travaillé plus de vingt ans au Service de traduction du CERN (Laboratoire européen de physique des particules), dont elle a dirigé la section française pendant dix ans. Elle a rédigé une thèse de traductologie dans le domaine de la rhétorique contrastive et a publié plusieurs articles sur la traduction.

Advertisements