TM2: Aiora Jaka

Un petit peuple qui chante de grandes chansons : traductions, adaptations et reparolarisations de chansons populaires en basque

Aiora Jaka
Université du Pays Basque

Abstract: Cette communication vise à analyser la traduction de chansons populaires par des musiciens basques dans les années 1960 et 1970, époque de grands changements politico-culturels au Pays basque. Sur le plan musical, la chanson traditionnelle basque connaît un renouveau radical : d’un côté, des groupes de musique pop commencent à chanter du foxtrot, de la rumba, des tangos ou du cha-cha-cha en basque; de l’autre côté, en s’inspirant de chansons de revendication, plusieurs auteurs-compositeurs basques créent ce qu’on appelle la « nouvelle chanson basque ».

Dans ce renouvellement musical, la traduction a toujours été présente. Des chansons d’auteurs-compositeurs aussi divers que Bob Dylan, George Brassens, Lluis Llach, Leonard Cohen et Atahualpa Yupanqui, d’un côté, et d’artistes pop comme Cliff Richard, Gigliola Cinquetti, Frank et Nancy Sinatra, Los Impala, Mary Hopkins et Salomé de l’autre ont été chantées en basque durant cette époque. En comparant les chansons originales avec leurs traductions basques, on s’aperçoit que les traducteurs ont utilisé tout un éventail de procédures : parfois, il s’agit de traductions fidèles, mais souvent, les textes ont été adaptés, manipulés, domestiqués, voire complètement remplacés par de nouvelles paroles.

La plupart des analyses sur la traduction de chansons populaires ont été faites en comparant des langues dites « majeures », se concentrant souvent sur des aspects exclusivement linguistiques et étudiant les traductions d’un point de vue normatif et axé sur l’équivalence. Ces analyses s’avèrent donc peu avantageuses pour étudier toutes ces traductions et reparolarisations dans une langue minoritaire comme le basque. Le but de cette communication, en premier lieu, est de proposer un nouveau modèle d’analyse qui tient compte des facteurs culturels, politiques et sociaux qui motivent toutes ces modifications et manipulations, et, en deuxième lieu, de voir comment ces mêmes chansons appropriées par les musiciens basques ont été traduites dans d’autres langues « majeures », afin de découvrir si les procédés de traduction varient en fonction de la situation de la langue cible.

Mots-clés: Chanson populaire basque, traduction, adaptation, domestication, reparolarisation.

Biographie: Aiora Jaka est docteure en linguistique et études basques et professeure de traduction et d’interprétation à l’Université du Pays Basque. Elle a écrit sa thèse de doctorat sur la façon dont l’écrivain basque Joseba Sarrionandia utilise la traduction dans ses œuvres de création littéraire. Ses recherches actuelles portent sur l’histoire de la traduction au Pays basque et sur le lien entre la traduction et la création à l’intérieur de la littérature basque. Elle a traduit en basque une cinquantaine de livres pour enfants et adolescents.

Advertisements